Les Routes de la Traduction – Visite guidée par Nicolas Ducimetière, conservateur de la Fondation Martin Bodmer

Les Routes de la Traduction

Visite guidée par Nicolas Ducimetière, conservateur de la Fondation Martin Bodmer

Jeudi 8 mars, 14.30

 

La tour de Babel

 

Martin Bodmer a construit sa collection, l’une des bibliothèques privées les plus riches au monde, autour de l’idée de Welt-Literatur. La traduction est au fondement de cette idée même. Il construit sa collection autour de 5 piliers qui sont autant d’aventures de traduction : Homère, La Bible, Dante, Shakespeare et Goethe. Les traductions d’Homère par exemple incarnent toutes les étapes de l’histoire de la notion même de traduction. On s’étripe autour des traductions de la Bible, entre la vulgate de Saint Jérôme et la Réforme de Luther, et elles font exister les langues que nous parlons. Dante fait écho à Virgile, lui-même écho d’Homère : les routes de la traduction sont les routes de la culture. Des trésors de papyri, de manuscrits, d’incunables sont déployés, souvent pour la première fois.

Les routes de la traduction sont aussi les routes du pouvoir – grec, latin, arabe, vernaculaires. C’est de politique qu’il s’agit avec la pratique des traducteurs, un savoir-faire avec les différences qui accueille la langue de l’autre et se transforme en retour. La Suisse, Genève sont des Babel qui parlent quotidiennement plus d’une langue – à moins que ne triomphe une seule, plus pauvre, l’anglais mondialisé…

Cette exposition étonnante rend sensible la différence des langues comme autant de points de vue sur le monde. Elle en joue, avec Goethe et Diderot ou avec Tintin et Heidi, elle met en scène la diversité, celle des idiotismes ou celle des langues des signes.

Et si la traduction n’était pas tant une copie qu’une réinvention ?

 

LE PLUS IMPORTANT

Nous avons la chance d’être guidés par Nicolas Ducimetière, Conservateur de la Fondation Bodmer qui nous fera découvrir, entre autres, une des « lettres de Tell el-Amarna », adressée par Akhenaton à l’un de ses vassaux palestiniens

 

L’exposition est une libre adaptation du catalogue et décline un ensemble de sections thématiques :

  • l’écriture en signes : Mésopotamie et Egypte (avec une lettre d’Akhenaton, un discours de Nabuchodonosor, plusieurs papyrus et stèles en hiéroglyphique, hiératique ou démotique, enfin copte) ;
  • Homère et ses traducteurs-adaptateurs depuis l’Antiquité
  • Trois études de genre : la comédie, les fables d’Esope, les contes enchâssés orientaux (Mille et Une Nuits)
  • Les spiritualités et religions : philosophies et spiritualités orientales (bouddhisme, hindouisme, confucianisme) ; les trois monothéismes ; Luther : Bible et Babel.
  • Trois exemples de littérature vernaculaire moderne : Triple couronne italienne (Dante, Pétrarque, Boccace) ; poésie anglo-saxonne (Shakespeare, Poe) ; Goethe traducteur et traduit.
  • Les langues de l’enfance (Tintin et Heidi)
  • Le cas suisse (langues régionales anciennes et modernes)
  • Traduire (signifiant-signifié : Saussure et Magritte ; ouvrages polyglottes)

 

Une langue, plusieurs écritures

 

 

Les trois monothéismes

 

La fable, ou la traduction permanente

 

 

Informations pratiques et Réservations :

Gratuit pour les membres ACES 2018,
25,- non membres. Payable lors de la réservation :

Association Culturelle Egypto-Suisse (ACES)
Compte postal N° 17-649749-6
1200 Genève

Merci de s’inscrire avant le 1er mars auprès de : gihane9@gmail.com
Rendez-vous à 14.15 précises à la Fondation Bodmer.
Durée de la visite 1h30 à 2h00





facilisis nec at massa vel, ante.