Activités du 16 décembre 2010


Airs orientaux et orientalistes


Concert de Noël 2010 proposé par l’Association Culturelle Egypto-Suisse
(ACES)


en partenariat avec l’Institut
national genevois

 

 


Mozart, G. Verdi, G. Puccini,


A. B. Khayrat, F. David, H. Rabaud


Ténor : Georges Wanis, Piano :
Svetlana Eganian

 

 


Svetlana
Eganian a été formée au Conservatoire Tchaïkovsky de Moscou auprès de
prestigieux professeurs tels que Bella Davidovitch et Zinaïda Ignatieva,
disciple de Samuel Feinberg. Elle a obtenu brillamment les quatre
premiers prix (concertiste, musique de chambre, pédagogie et
accompagnement), avec les éloges du jury composé de membres éminents de
l’école russe: Nicolaeva, Bachkirov, Malinin, Naoumov, Dorenski.

 

Elle
s’installe en France et enseigne depuis au Conservatoire National
Supérieur de Musique et de Danse de Lyon. Au début des années 90, elle
fonde l’Académie Appassionata, une académie internationale d’été de
piano, qui réunit des pianistes de tout niveau, venant de divers pays
(France, Corse, Corée, Bulgarie, Russie, Turkménistan, Suisse, Belgique,
Japon, Indonésie, …).

Svetlana
Eganian fut pendant plusieurs années directrice artistique de l’Académie
de musique Alizés à Rabat (Maroc) et mène une action pédagogique et
artistique également en Guadeloupe. Présidente et directrice artistique
du Grand Concours International de Piano et du Grand Prix International
de Piano de Lyon, elle continue sa carrière de concertiste et participe
à de nombreux festivals internationaux, se produisant avec diverses
formations.

Parmi ses
partenaires, les violoncellistes Mark Drobinsky et Jeroen Reuling, les
sopranos Virginie Pochon, et Mélanie Moussay, Mezzo Soprano Yaroslava
Kozina, le Ténor égyptien Georges Wanis, les violonistes Allissa
Margouliss, Alexandre Melnikov et Constantin Corfu, l’Orchestre de
chambre de Namur dirigé par Maître Jean -Luc Balthazar. Elle s’est
également produite en trio avec des musiciens de l’Orchestre National de
Lyon. Le festival Le Printemps musical des Alizés  à Essaouira
(Maroc) depuis 5 années, lui a aussi permis de collaborer avec d’autres
artistes renommés, tels que le violoniste Dong-Suk Kang, l’altiste
Hartmut Rohde, le contrebassiste Michael Wolf, les violoncellistes Frans
Helmerson, Philippe Muller et Young Chang Cho.

   

De
père
égyptien et de mère italienne, Georges Wanis a commencé ses études
musicales au Caire auprès de Violette Makar, puis à Paris à l’Ecole
Normale de Musique de Paris auprès de Caroline Dumas. En 1998 il obtient
le Diplôme Supérieur de chant. Ses débuts professionnels sont ponctués
de nombreux prix: 1er Prix au concours de chant du Ministère de la
Culture égyptien (1995), prix d’Interprétation au Concours International
de chant de l’UFAM à Paris (1998), 1er Prix au concours Léopold Bellan à
Paris (1999), lauréat du Prix lyrique des Œuvres des Saints Anges à
Paris (2000).


Georges Wanis se produit régulièrement
tant dans les plus grands rôles du répertoire, qu’en récital ou dans des
oratorios. Il est l’invité régulier des concerts donnés à l’Église Saint
Julien le Pauvre à Paris.


Si le Bel Canto est son domaine de
prédilection, il est également remarquable dans des œuvres de Bach,
Schumann, Berlioz, Cimarosa, Mozart, Saint-Saëns, Honegger, Britten,
Monteverdi, Puccini. À la scène, il a été Don Ottavio dans le Don
Giovanni de Mozart, Nadir dans les Pêcheurs de Perles de Bizet, Alfredo
dans la Traviata de Verdi, Nicias dans Thaïs de Massenet, le Duc de
Mantoue dans Rigoletto de Verdi, Faust dans le rôle-titre de Gounod,
Radames dans Aida de Verdi. Sa curiosité l’a amené également vers des
rôles moins connus du répertoire comme Satyavan dans Savriti de G.Holst
ou dans la création mondiale Ibn Sina (Avicenne) pour le rôle titre de
Michiel Borstlap.


Il s’est produit dans les plus grand
théâtres et festivals tant en France qu’à l’étranger: Opéra du Caire,
Opéra d’Alger, Centre culturel égyptien de Paris, Cité Internationale
des Arts de Paris, Grand Amphithéâtre de la Sorbonne, Bibliothèque
Nationale de France, Théâtre de l’Athénée a Paris, Siège de l’Unesco a
Paris, Festivals de Bruges (Belgique), Morella (Espagne), Festival
d’Automne de Côme (Italie), à Genève (Suisse) pour le grand concert
Verdi a l’occasion de l’Eurofoot (2008).


Georges Wanis est par ailleurs à
l’initiative de master classes qui se déroulent chaque année en Egypte,
offrant ainsi au pays de sa formation initiale cet amour du chant et de
cet art absolu qu’est l’opéra.

ipsum massa id dolor. Phasellus lectus tempus leo. Donec dictum