13 décembre 2011

     

13 décembre 2011, 19:00

 

Fawzia Al-Ahmawi

Centenaire de Naguib Mahfouz  

 


Fawzia Al Ashmawi, née à
Alexandrie, Egypte, est titulaire d’un doctorat ès Lettres de
l’Université de Genève (1983): L’évolution de la Femme et de la société
égyptiennes dans l’œuvre de Naguib Mahfouz.


Elle a enseigné l’arabe et
la littérature arabe moderne à l’Université  de Genève de 1979 à
2006.


Elle est l’auteur de :

  • La Femme et l’Egypte
    moderne dans l’œuvre de Naguib Mahfouz (1985)

  • Miramar de N. Mahfouz,
    (1988)

  • Début et Fin de N.
    Mahfouz, (1989)

  • Dyna Allah de N.
    Mahfouz, (2000)

  • La Femme dans l’œuvre
    de Mahfouz (en arabe), (2000)

  • Naguib Mahfouz et La
    femme, (en arabe), (2005)


Elle est membre fondateur et Secrétaire générale de l’Association Culturelle Egypto-Suisse (ACES)de Genève. Elle a reçu, en 2008, la Légion d’honneur pour les arts et
les sciences, de la République d’Egypte, pour l’ensemble de ses
publications.

 

A l’occasion du centenaire de la naissance du Prix Nobel de littérature 1988, le romancier égyptien, Naguib MAHFOUZ, Fawzia Al-Ashmawi partagera avec nous ses réflexions sur la vie et l’oeuvre de l’auteur.


Cette conférence sera précédée de la projection du film documentaire sur Mahfouz,
Parcours d’un enfant du Caire, réalisé par la journaliste française, Anne Lainé.


Une discussion avec le public suivra.


Partie festive:


Pour clore l’événement on cassera convivialement la Marmite égyptienne …


Naguib Mahfouz, né au Caire le 11
décembre 1911 et lauréat du prix Nobel de littérature 1988, est le
monstre sacré du roman arabe. Il doit sa célébrité à ses romans socio-réalistes
dont les plus connus sont la Trilogie de Bayn al Qasrayn
(1956-1957), qui retrace l’évolution de la société égyptienne, au cours
de la première moitié du XXème siècle, à travers trois générations d’une
famille du vieux Caire et Awlâd Haritna (les enfants de notre
quartier) (1959).

Ce dernier roman, qui retrace, d’une
manière allégorique, la vie des prophètes et leurs différents messages à
l’humanité, valut à son auteur, d’un côté, le prix Nobel de Littérature
et de l’autre côté, la colère des islamistes et fut à l’origine d’une
tentative d’assassinat manqué, par un islamiste (1994).

L’œuvre romanesque de Mahfouz, qui
s’étend sur plus d’un demi-siècle, met en exergue la frustation de la
jeunesse égyptienne, croyant trouver le salut dans l’européanisation et
l’infraction au code social existant. Très souvent, l’accent est mis sur
tout un groupe social vivant une véritable symbiose populaire dans les «
hara » ou quartiers du vieux Caire.

Bien que N. Mahfouz ait toujours refusé
de rédiger ses Mémoires, il a accepté de retracer son parcours dans un
film documentaire réalisé par la journaliste française, Anne Lainé, en
1990, sous le titre Parcours d’un enfant du Caire.

Dans ce film, Mahfouz évoque ses
souvenirs d’enfance, l’influence de sa mère, ses études, sa philosophie,
ses émotions et les événements importants qui ont marqué sa longue vie.
Il est décédé en 2006, à l’âge de 95 ans.

diam elit. mi, id, venenatis, ante. Praesent accumsan ut Sed