Activité du 11 novembre 2011

     

11 novembre 2011

   

Conférence de Pierre Tallet

La mer Rouge à l’époque pharaonique –
bilan et perspectives

 

La découverte récente de plusieurs sites
archéologiques sur différents points du littoral de la mer Rouge permet
maintenant d’entrevoir le rôle important joué par cette côte à l’époque
pharaonique.

Pour se procurer les matières premières
dont il avait besoin, l’État égyptien envoyait en effet à intervalles
réguliers des expéditions vers des régions éloignées de la vallée du
Nil. Deux de ces destinations pouvaient être atteintes par voie maritime
: le sud de la péninsule du Sinaï, où des mines de cuivre et de
turquoise étaient exploitées, et l’énigmatique pays de Pount,
traditionnel pourvoyeur de l’Égypte en myrrhe et en produits exotiques.
Ce dernier objectif, que certaines études identifient maintenant au Bab
el-Mandab, aux confins méridionaux de la mer Rouge, nécessitait sans
doute un voyage périlleux de plusieurs semaines. Le point d’ancrage le
plus anciennement identifié de ces expéditions maritimes se trouve à
Mersa Gaouasis.

À cet endroit, des fouilles menées dans
les années 1970, et reprises récemment en 2001 ont permis de montrer
l’existence d’un point d’embarquement essentiellement à destination du
pays de Pount. Ces dernières années, d’autres sites importants ont été
successivement identifiés, qui rendent ce tableau plus complet : à Ain
Soukhna, au nord du golfe de Suez, les vestiges de bateaux entiers, qui
avaient été démontés puis entreposés dans des galeries de stockage, ont
été mis à jour entre 2006 et 2009. Plus récemment encore, une première
mission au ouadi el-Jarf – un peu au sud de la ville côtière de
Zaafarana, sur le golfe de Suez, a permis en juin 2011 l’identification
formelle du plus ancien port construit actuellement connu.

Conférence
suivie du film
Quand les Egyptiens naviguaient sur la mer
rouge,
de Stéphane Bégoin, avec débat
animé par Eric Huysecom et Philippe Collombert (membre du Comité
exécutif de l’ACES).

Le film de
Stéphane Bégoin (2009, 93’) a reçu le Prix « Coup de coeur » du jury au
VIIe festival international du film archéologique de Nyon et « Ancre d’or »
du 41e festival international du film Maritime d’exploration et
d’environnement …

Et si les
Égyptiens, au-delà du Nil, avaient été un grand peuple de marins ? Seuls
de magnifiques bas-reliefs, à Louxor, ont longtemps étayé cette
hypothèse controversée. Ils montrent cinq bateaux qui embarquent pour un
mystérieux « pays de Pount » à la demande de la reine-pharaon Hatchepsout.s

Quelque 3
500 ans après son règne, le premier d’une femme dans l’Égypte ancienne,
des archéologues, dont l’Américaine Cheryl Ward, découvrent à Mersa
Gawasis, près de la mer Rouge, des cordages, des amphores, des morceaux
de navire, attestant que le site fut un port. Face au scepticisme de
certains confrères, cette spécialiste de la nautique ancienne imagine
une preuve scientifique éclatante: construire Min, un navire semblable à
ceux de Louxor, et le faire naviguer, soit vers le sud et les côtes
africaines, soit vers l’Orient et la péninsule arabique. Le film nous
emmène à la rencontre des navigateurs de jadis et de leur souveraine, à
travers les étapes successives de la construction de Min, puis les
périls enivrants de la navigation. Un fabuleux voyage.[print_gllr id=572]

tempus tristique ipsum Phasellus ipsum Sed ut